SB Hypnose

Auto hypnose – ma séance type

Je commence par définir un objectif clair, précis et réalisable. Par exemple, sentir que je mérite un travail valorisant et qui a du sens. Ou avoir confiance dans le fait que je vais rencontrer la bonne personne pour moi bientôt.

 

Puis, je définis un moment propice pour la séance. Généralement le soir pour moi, mais ça peut être n'importe quel moment où je sais que je ne vais pas être dérangé.

 

Ensuite, je fais 20 inspirations et expirations complètes. Oui, 20 ! cela peut prendre facilement 10 mn, et le temps d'une séquence inspiration – expiration s'allonge au fur et à mesure que je me détends et respire de plus en plus profondément.

 

Puis, je me visualise descendant un escalier en colimaçon, de plus en plus profondément.

Je me visualise en alternance, en train de nager dans l'océan, de descendre dans les profondeurs. Je m'imagine être un cachalot, qui plonge à des milliers de mètres sous la surface.

 

Plus je descends, plus il fait noir, plus je vais vers l'inconnu. Et à la fois, il y a quelque chose de familier qui émerge à mesure que je descends. Comme la sensation de me rapprocher de mes rêves, de mon imaginaire qui peuple ma vie intérieure de paysages, de décors et de personnages dont il a le secret.

 

Un décompte de 10 commence alors. Je l'annonce, un décompte qui va amplifier cet état de relâchement, de focalisation, d'attention à mes ressentis physiques, et à ce qui émerge de mes profondeurs.

Et je prononce lentement, tout bas, ou bien dans ma tête : lorsque j'atteindrai 10, je serai en état d'hypnose, état dans lequel je me sentirai bien, calme, ouvert et réceptif,

 

A 1, je sens que mon corps est de plus en plus lourd. Comme une statue de pierre, qui s'alourdit. Mes paupières deviennent pesantes.
Mes bras, mes mains sont lourds, je ne peux plus les bouger.

Je pèse 1 tonne, 2 tonnes, 100 tonnes... Et ce poids me donne de l'assurance, de la solidité.

 

A 2, mon souffle prend plus d'ampleur.

 

A 3, un plus grand calme s'installe, je relâche mes muscles.

 

4, le silence environnant devient plus dense et prend plus d'espace. Je suis de plus en plus réceptif à mes sensations du corps.

 

A 5, c'est comme une légère remontée vers la surface pour prendre l'élan de plonger plus profondément dans cet état de transe.
 

6, la confiance dans le processus est tangible. Mes muscles se relâchent encore davantage.

 

7

 

8, comme l'infini dont je suis issu

 

9, un frisson me parcourt l'échine, je ressens l'intensité du processus de plongée en soi

.

 

Et... je fais durer pour un instant cet état de stase, de transe. Comme juste avant d'entrer en scène, juste avant une rencontre que je sais importante. Une rencontre avec moi-même.

 

10...

 

Je suis maintenant en état d'hypnose. Je ressens des frissons me parcourir tout le corps. Comme des arcs électriques, de l'énergie qui palpite et crépite sur ma peau.

 

Cet état s'installe progressivement juste à la bonne intensité.

 

...

 

Quand le moment est propice, je le sens.

 

Je me suggère alors, simplement...


De jour en jour, et à tous les niveaux...

 

Je suis de plus en plus confiant, stable, équilibré, résilient, serein, rempli de gratitude.

 

Je sens chaque jour davantage que je mérite cette situation, ce travail, cette compagne, ce lieu de vie, ce salaire.

 

Et je sens que ce ressenti s'installe dans mon corps, à son propre rythme, dans le ventre, dans la poitrine. Dans les membres, dans les os.

Il est transporté par le souffle qui me traverse et vient mettre à jour les croyances sur moi qui ne sont plus valables.

 

Et des bouffées de confiance, de gratitude, de bien-être me traversent. Comme une cadeau, une phrase, un regard ou un sourire que j'avais attendu des années et qui arrive enfin !

 

D'autres phrases peuvent venir spontanément, pour amplifier le reconditionnement positif qui est en train de prendre sa nouvelle place.

Des phrases comme « désormais, je m'accorde l'importance que je mérite ». « Je sens d'heure en heure un peu plus la confiance et la foi dans ma valeur ».

« de plus en plus et à tous les niveaux, je sens ce travail / cette relation (…) se rapprocher davantage ».

Quand la dose de positif, la quantité de confiance est suffisante, je le sens.
Je prends alors le temps de profiter encore un peu de cet état merveilleusement agréable. Comme d'être livé à l'intérieur de soi-même. Quel endroit est plus confortable et chaud que son propre cœur ?

 

 

Puis, je peux remonter. Lentement, progressivement. Si cela m'aide, je visualise la surface de l'eau, tout là-haut, dans mon imaginaire.

Je me sens remonter, avaler les marches de l'escalier en colimaçon, une à une puis deux puis trois à trois.

 

Et je refais un décompte, cette fois de 3 à 1.

 

A 3, ma respiration redevient plus consciente.

 

A 2, je sens l'envie de bouger, de m'étirer, de baîller.

 

A 1, les paupières s'ouvrent d'elles-mêmes quand c'est le moment.

 

Et je reviens à moi-même. Un sourire se dessine sur mes lèvres, comme je sens que ce changement qui a maturé en moi jusqu'à devenir clair, va maintenant devenir réalité.

 


Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Medoucine

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.